#Privatisations : #Actionnaires et #Profits passent avant le #Service et l’ #InteretGeneral

    2251

    Italy Highway Collapse

    Nous réalisons aujourd’hui ce que la privatisation et la  gestion managériale des services publics a détruit dans ce secteur.

    Des concepts comme « rentabilité », « optimisation », « performance », « objectifs », « rationalisation », « bénéfices, « Gestion » ont été introduits dans le monde du service public, que ce soit dans la santé, Areva, SNCF, les missions de service public (GRDF,…), l’éducation. Puis, ils sont devenus les fondements des politiques managériales des grands services publics privatisés, comme les Autoroutes, France Télécom, les grandes banques, de grandes mutuelles, Alcatel, Havas, Suez, Renault, Total … (cf : 1° ).

    On a glissé du postulat de « Intérêt Général » donc du concept de Service, vers celui d’ « Intérêt Particulier » donc un objectif de rentabilité et de profits pour les dirigeants et actionnaires. Or, un service public peut ne pas être rentable, et même, on ne doit pas chercher à ce qu’il le soit. Un Service ne tient compte ni du coût, ni du temps, ni de la quantité d’actions à accomplir pour réaliser la seule mission qui lui est confiée : rendre un Service dans son intégralité, satisfaisant la demande du citoyen ayant droit. Il n’est pas question ici de dilapider l’argent public par une mauvaise organisation des Services Publics, mais de structurer ces Services de façon à utiiser au mieux l’argent issu des impôts, des cotisations et taxes diverses qui fondent son moteur de fonctionnement.

    Quand on dérive du concept de Service Public, vers celui de PPP (Partenariat Public Privé), de Missions de Service Public, ou carrément de privatisation de Service Public, invariablement ces termes conceptuels de l’esprit managérial (cités plus haut) d’entreprise financiarisée s’imposent à celui de Service Public.

    Pour quels résultats pour le citoyen ?
    - Explosion du prix de l’eau sans gain de qualité.
    - Explosion du prix des péages sur les Autoroutes.
    - Augmentation croissante du prix de l’énergie (électricité et gaz).
    - Naufrage du système de santé et de gestion du quatrième âge.
    - Naufrage du système d’éducation, de la maternelle au quatrième cycle et de la recherche.
    - Spéculations boursières sur les denrées fondamentales (céréales, riz, fruits …)
    - …

    angleterre

    Mais le pire apparaît aujourd’hui :
    Chemins de fer privatisés en Angleterre en 1993 : Le prix des billets annuels a augmenté de 27% entre 2010 et 2017 et un grand nombre de trains a été supprimé. Et l’accident de Ladbroke Grove le 5 octobre 1999 faisant 31 morts à cause d’un manque d’investissement.
    Italie : Le groupe italien Atlantia gère plus de la moitié du réseau autoroutier italien. Il a engrangé plus d’un milliard de bénéfice en 2017. Il n’a pas réparé ce pont à Gènes alors que depuis deux ans tout portait à croire que l’accident était « sur les rails »….

    Est-ce ce modèle que nous voulons ?

    Sources :
    Le point
    1° : Privatisations en France

    Photos :
    RTL
    ITV News