Macron ou la dilapidation des retraites

    1109

    Avec la réforme prévue par le gouvernement Macron-Phillipe, tel que pré-cadré dans le rapport Delevoye, les futur.e.s retraité.e.s vont perdre énormément sur plusieurs plans par rapport au système actuel ; rappelons que ce dernier est issu de l’après guerre et du Conseil National de la Résistance, et qu’il reste l’un des meilleurs du monde (la France faisant partie des plus bas taux de pauvres chez les retraités d’Europe voire du Monde), ce malgré des « réformes » qui l’ont affaibli notamment sous Chirac avec la réforme Juppé en 1995 puis sous Raffarin avec la réforme Delevoye en 2004 (oui, le même qui critique aujourd’hui l’ancien système qu’il a contribué à affaiblir, donc !) ainsi que sous Hollande avec la réforme Touraine en 2014.

    Voyons 3 exemples des couleuvres que le président des riches voudrait nous faire avaler.

    Premier volet de perte directe : le retour de pension par euro cotisé. Avec l’actuel système, pour chaque euro cotisé on peut espérer 1,5 à 2 euros de pension … mais avec le système Macron on raserait gratis : 0,55€ de pension par euro cotisé, soit une baisse nette de 63% que rien n’explique ni ne justifie – sauf les oeillades faites par le gouvernement néolibéral qui veut livrer retraites et autres services publics à des fonds privés, des assurances et des banques, l’emblématique Black Rock en tête – dont le directeur France J.F Cirelli vient d’être honteusement décoré de la légion d’honneur !

    Autre exemple frappant de perte du régime actuel, la répartition des cotisations : jusqu’à présent les gros salaires (plus de 10.000€ par mois) cotisaient comme tous les contribuables de 28% environ pour leur retraite sur 120.000€ annuels, puis seulement 2,8% au-delà de ce seuil – ce qui en soit est déjà inégalitaire sachant qu’ils touchent ensuite de grosses retraites sans surcotisation, le tout étant compensé par les autres contribuables plus modestes … mais avec le système Macron ce serait encore pire : il est envisagé que les gros salaires ne cotisent plus que jusque 100.000€ annuels seulement, afin qu’ils soit incités à investir tout ce qui dépasse dans le privé (Black Rock s’en frotte les mains d’avance !) en échappant à la solidarité du système général – qui serait donc encore plus déséquilibré !

    Dernier exemple inacceptable de l’inéquité plannifiée, alors même que le gouvernement prétend et communique vouloir de faire de l’égalité homme-femme une grande cause (quoi, une « cause toujours », peut être ?) de son quinquennat : avec le système actuel, les femmes (dont le salaire est d’emblée et en moyenne inférieur de 30% environ à celui des hommes à poste et compétence égales) ont déjà de plus petites pension dues à des carrières en pointillé (temps partiel forcé, postes plus précaires, congés maternités, etc) … mais avec le système Macron, ce serait encore aggravé car au lieu de calculer les pensions sur les meilleures années (nombre variable selon le métier et la convention), les femmes verraient leur pension calculée sur l’ensemble de la carrière, débuts ou trous et pointillés inclus, avec à la clef une pension réduite y compris sur le calcul du nombre d’enfants ; en plus, en cas de décès du conjoint, elles percevraient beaucoup moins d’indemnisation qu’avec le système actuel, ce qui constitue donc une triple peine !

    Et pour ceux et celles qui croiraient que le récent « recul » du gouvernement sur l’âge pivot est une vraie concession faite aux grévistes, détrompez-vous : il n’est envisagé que de suspendre provisoirement (et pas définitivement) un âge pivot dit « paramétrique » concernant les personnes nées entre 1965 et 1975 qui devraient partir en retraite vers 63 ans. Par contre serait bel et bien maintenu l’âge pivot dit « systémique » touchant les personnes nées après 1975 qui devraient partir en retraite vers 64 ans – voire au-délà (65, 66, 67, etc) pour les personnes nées dans les années 80, 90, 2000, etc.

    Bref, voilà un système soi-disant « universel » qui néglige totalement la pénibilité et la durée de vie moindre des métiers les plus difficiles… mais dont on voit que les exceptions, police au service du capital en tête – pour « bons » se(r)vices rendus en manif, probablement – se multiplient chaque semaine qui passe ! Voilà qui renforce l’intuition de ce que ce nouveau système est une gabegie, une véritable arnaque « à point » – dont la valeur n’est pas garantie d’avance car elle servira à l’évidence de variable d’ajustement à la rigueur comptable des futurs gouvernements néolibéraux, quitte à plonger des pans entiers de la société dans la misère tandis que se goinfreront les habituels ultrariches !

    Il faut donc lutter pour nos retraites jusqu’au retrait !

    Sources :

    https://fr.statista.com/infographie/16640/retraites-menaces-de-pauvrete-en-europe/

    https://reforme-retraite.gouv.fr/IMG/pdf/retraite_01-09_leger.pdf

    https://www.retraite.com/retraite-par-metier/retraite-fonctionnaire-publique/retraite-depute.html

    https://www.liberation.fr/france/2020/01/01/blackrock-la-legion-d-honneur-qui-passe-mal_1771451

    https://blogs.mediapart.fr/danivance/blog/180919/retraite-de-macron-l-escroquerie-du-21e-siecle

    http://www.egalite-professionnelle.cgt.fr/retraites-des-femmes-en-finir-avec-les-inegalites/

    https://www.youtube.com/watch?v=WXR_UpoZErQ

    https://www.alternatives-economiques.fr/retraites-un-projet-de-loi-dangereux/00091520