Accueil ACTUALITE Yémen : La crise alimentaire touche des millions de personnes

Yémen : La crise alimentaire touche des millions de personnes

1415

Au Yémen, l’un des pays les plus pauvres du monde arabe, des millions de personnes sont touchées par une grave crise humanitaire, marquées par la faim et la malnutrition chronique.

En mars Oxfam international a donné un sérieux avertissement dans la presse :

Le Yémen est au bord d’une catastrophe humanitaire, a déclaré aujourd’hui l’organisation d’aide internationale Oxfam, en réaction aux derniers chiffres du Programme Alimentaire Mondial qui font ressortir une augmentation radicale du nombre de personnes souffrant gravement de la faim dans le pays. Les nouveaux chiffrent indiquent que 45% de la population du Yémen n’a pas assez a manger – plus de 10 millions de personnes, et que la moitié de ces personnes souffrent d’une grave insécurité alimentaire et ont besoin d’un aide d’urgence.

Pourtant, les médias généraux s’intéressent davantage à la présence d’Al Qaida dans le pays, supposée justifier la guerre des drones américaine.

Le Yéménite  Mohammed Adel Alamer a tweeté avec consternation :

@M7mmdAdel: Au Yémen 10 millions de Yéménites sont confrontés à la #famine ! Le monde se soucie uniquement d’  #AlQuaida et des  #FrappesDeDrones et au diable 10 millions de personnes.

Oxfam a donné plus de chiffres :

@Oxfam:.@WFP [Le Programme Alimentaire Mondial ] rapporte que l’insécurité alimentaire au # Yémen a doublé depuis 2009. De nos jours, 5 millions de personnes souffrent de la faim tellement souvent que leur santé est affectée à long terme.

Le Yémen a d’énormes problèmes de sécurité alimentaire depuis des années, et Al Jazeera en Anglais a récemment produit deux vidéos mettant en évidence la façon dont la crise politique en cours a aggravé la situation et met en danger la vie de nombreux enfants.

Le blogueur yéméno-britannique Omar a tweeté  la  photo d’Al Jazeera d’un enfant sévèrement dénutri :

@OmarMash: ‘Les corps minuscules respirent toujours- au Yémen les bébés meurent de faim à l’hôpital, il est chanceux de s’en être sorti, il est arrivé vivant à l’hôpital.

Un enfant sévèrement dénutri à Sanaa au Yémen en avril 2012. Image d’Al Jazeera (CC BY-NC-ND 3.0).

Le blogueur yéménite Afrah Nasser a écrit un article intitulé  “Famine au Yémen”:

Au Yémen la crise alimentaire s’intensifie et devient endémique. Le compte-rendu de la famine et de la malnutrition des enfants au Yémen occupe les gros titres depuis un certain temps. Hier soir (27 avril) le porte-parole de l’UNICEF M. Mohammed al-Asaadi a parlé sur Al-Jazeera  de ce problème et a déclaré : “Environ 1 million d’enfants souffrent d’insécurité alimentaire et de malnutrition. Plus de 120.000 enfants en-dessous de 5 ans risquent de mourir avant la fin 2012 si rien n’est fait.” […] Je me demande ce que fait au juste le gouvernement pour lutter contre ce problème. C’est vraiment triste que les politiciens au Yémen ignorent le situation désespérée de ces enfants.

Omar a tweeté :

@OmarMash: La  #CriseAlimentaire Au Yémen ne va que s’aggraver si rien n’est fait immédiatement avec les donateurs internationaux, le gouvernement yéménite et le CCG (Conseil de Coopération du Golfe).

Il ajoute :

@OmarMash: J’ai le terrible sentiment que l’attention du monde se focalisera sur le Yémen seulement dans 6 mois, quand la #CriseAlimentaire sera au son niveau maximum.

La Yéménite basée à Londres Loubna Maktary a demandé que des mesures pour sauver les enfants yéménites mourants soient prises:

@LoubbyM: Les enfants au Yémen meurent de FAIM !!! Arrêtez de les ignorer. Le  Yémen n’est pas un problème politique, c’est un catastrophe humanitaire #CriseAlimentaire  (:

On espère que la crise alimentaire sera examinée par la  Conférence des amis du Yémen à Riyad le 23 mai. l’UNICEF a demandé que les enfants soient placés au centre des débats sur la sécurité et les dialogues politiques de cette conférence.

[information]Pour en savoir plus sur la crise alimentaire au Yémen consultez ce site.[/information]
Creative Commons License

Ecrit par Noon Arabia · Traduit par Valentin Bomski