Accueil ACTUALITE Russie : Les contestataires misent sur les élections

Russie : Les contestataires misent sur les élections

1095

Le Comité d’organisation de la Marche des Millions a publié le 15 août un programme pour son rassemblement du 15 septembre, sur ses pages Facebook  et VKontakte, ainsi que sur le site web du Front de Gauche, un mouvement néo-communiste sous la houlette de Sergueï Oudaltsov, l’un des meneurs de la contestation hivernale. Les revendications du comité sont ambitieuses : de nouvelles élections et la démission de Poutine, entre autres. Y figure aussi ce point :

Принимаются законы, гарантирующие местное самоуправление и прямые выборы губернаторов.

Application de lois garantissant l’autonomie locale et l’élection directe des gouverneurs.

Un point surprenant à faire figurer au programme, puisque toutes deux existent déjà, dans la lettre sinon l’esprit. L’élection directe des gouverneurs sera de retour en Russie dès cette année, comme l’a déjà écrit Global Voices [fr], tandis que toutes les communes du pays se préparent à des élections municipales à l’automne.

Dans les faits, une autre figure de l’opposition, Evguenya Tchirikova, a récemment annoncé sa décision de briguer la mairie d’un faubourg de Moscou, Khimki, où se trouve la forêt qu’elle essaie de sauver depuis deux ans. Sur son blog, Mme Tchirikova a appelé à une campagne d’information à mener sur Twitter et d’autres réseaux sociaux, expliquant :

Я не думаю, что нынешние городские власти так уж заинтересованы в том, чтобы подробно рассказывать о том, как мы предлагаем улучшить жизнь горожан.

Je ne pense pas que l’actuelle municipalité soit si intéressée à raconter par le menu ce que nous proposons pour améliorer la vie de nos concitoyens.

Mme Tchirikova semble pour le moment se présenter sous les couleurs d’une large coalition de politiques et militants contestataires. Elle a engrangé le soutien de Sergueï Oudaltsov,Alexeï Navalny, Ilya Ponomarev,  Oleg Shein (qui incite Russie Juste à la soutenir), et Yabloko. Même DemVybor de Vladimir Milov, qui l’avait critiquée dans le passé, et Boris Nemtsov, qui dans une conversation téléphonique privée avait traité  Tchirikova d’ “ordure glapissante”, ont fait part de leur appui.

Les blogueurs font valoir la carrière de femme d’affaire et de gestionnaire d’Evguenya Tchirikova, aussi bien que son passé d’activisme pour l’environnement, qui ferait d’elle une maire efficace. Bien sûr, sa candidature ne fait pas plaisir à tout le monde. Boris Nadejdine, un opposant politique de second rang, note sur son blog qu’elle a déjà brigué la mairie une fois, en 2009. Elle avait été battue, avec 15% des voix. Il évalue son score cette fois à légèrement plus, 20%.

Certains prétendent que Mme Tchirikova est naïve et incapable de faire des concessions. D’autres mettent en question ses liens avec les Etats-Unis et les ONG étrangères, qui seraient aisés à exploiter par ses adversaires dans le climat politique actuel de la Russie.

Edouard Limonov d’Autre Russie pense qu’Evguenya Tchirikovaferait un excellent maire, raison précisément pour que l’opposition ne lui souhaite pas d’être élue. Pour lui, elle est idéologiquement identique aux bureaucrates de Russie Unie, au point que son élection ne ferait qu’égratigner le Kremlin. Dans un autre billet, Limonov regrettait :

Все поголовно кандидаты – представители буржуазного класса. Так быть не должно.

Tous les candidats sans exception sont des représentants de la classe bourgeoise. Il ne faut pas.

Tandis qu’un autre homme politique d’Autre Russie, Sergueï Ejov, annonçait sa candidature à un autre poste, encore plus modeste que celui de maire d’une cité de banlieue : un siège de conseiller municipal d’une commune d’à peine 5.000 âmes. Sur son blog d’Echo Moskvy, Ejov explique ses motifs :

одна из основных современных проблем России – отсутствие положительного опыта местного самоуправления. Именно оно дает почву для роста гражданского самосознания, без которого все попытки модернизаций сверху закончатся, вероятнее всего, провалом. […] прежде чем занять уровень, которого я, как считаю, достоин, хочу попробовать свои силы именно в роли местного депутата.

Un des problèmes fondamentaux de la Russie moderne est l’absence d’expérience positive d’autonomie locale. C’est précisément ce qui donne un terreau à la croissance de la conscience civique, sans laquelle toute modernisation politique d’en haut est, vraisemblablement, vouée à l’échec. […] Avant de travailler à l’échelon que je pense mériter, je veux essayer mes forces précisément au rôle de représentant local.

S’ils sont gagnants dans les urnes, les contestataires et politiques d’opposition pourront-ils finalement obtenir l’expérience qui leur a manqué jusqu’à présent en Russie ? Ou bien le saut du militantisme à la campagne électorale, et d’internaute à citoyen, va-t-il les dissuader avant de les désillusionner ?

Publié sur RuNet Echo

Ecrit par Andrey Tselikov · Traduit par Suzanne Lehn  Creative Commons License

ARTICLES SIMILAIRES