Accueil ACTUALITE Les effrontées : paroles d’un mouvement féministe

Les effrontées : paroles d’un mouvement féministe

Le 6 mai 2012, plusieurs citoyennes, citoyens et associations féministes se sont mobilisé pour chasser Sarkozy du pouvoir et désavouer son bilan antisocial. Grâce à une courte majorité de voix, François Hollande est devenu le 24ème président de la République française, et compte tenu des thèmes de campagne que son challenger était allé pioché sur les terres du Front National pour l’affronter, nous trouvons que l’air est désormais plus respirable en France !

Le candidat socialiste n’a pas fait de grandes promesses et n’a suscité qu’un enthousiasme mitigé. Corseté par sa conception de la crise et de la gestion des déficits budgétaires, il ne laisse à son gouvernement qu’une mince marge de manœuvre pour préserver le modèle social de la France, celui-là même qui nous a (un peu) protégé pendant la crise.

Depuis que la gauche est au pouvoir, nous avons noté quelques avancées pour ce qui est des droits des femmes : le premier gouvernement Ayrault est paritaire à défaut d’octroyer aux femmes une part importante de cabinets ministériels ; une loi contre le harcèlement sexuel est venue combler l’abominable vide juridique qu’a laissé l’abrogation de l’ancien texte ; nous avons un Ministère aux droits des femmes et nous apprêtons à donner aux couples homosexuels le droit au mariage.

Mais « le changement » est-il vraiment si évident à constater ? Sur le plan social, le gouvernement n’accorde qu’une hausse symbolique, pour ne pas dire ridicule, du SMIC, à noter que les femmes constituent plus de la moitié des chômeurs, le gros du bataillon des travailleurs pauvres et qu’elles sont deux fois plus souvent au SMIC que les hommes. Le Ministère de l’Intérieur continue son système de régularisations au cas par cas, livrant un grand nombre de travailleuses et de travailleurs sans papiers aux logiques d’exploitation des plus fragiles sur le marché du travail. Et pour ce qui est des traitements brutaux et peu réfléchis réservés aux Roms, Manuel Valls n’a, là aussi, rien à envier à son prédécesseur.

Au nom de la compétitivité et de son objectif de réduire le déficit à 3% du PIB, le président Hollande prête une oreille attentive au Medef qui stigmatise ce qu’il appelle le coût du travail, c’est-à-dire les salaires et les droits sociaux qui nous protègent, et se déplace à l’université d’été du Medef en compagnie de 10 ministres. Pendant ce temps, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg laisse tomber les salarié-e-s malmené-e-s de Sodimédical et d’Arcelor Mittal!

Le gouvernement socialiste ne remet pas non plus en cause la réforme des retraites qui touche si durement les femmes, attendu que leurs carrières sont marquées par les inégalités salariales et le temps partiel et n’aboutissent qu’à de maigres pensions, pas plus qu’il ne veut revenir sur la fameuse loi HPST qui entraine la suppression des centres d’IVG de proximité et mets en danger le droit à l’avortement. Quant à l’égalité salariale, ce n’est certainement pas en période de vaches maigres qu’elle pourra enfin être appliquée.

Mais le plus grave est à venir ! Hollande et son gouvernement s’apprêtent à signer un Pacte budgétaire européen, le fameux TSCG (qu’il n’a pas renégocié mais seulement assorti d’un paragraphe sur la croissance), entérinant ces mêmes politiques d’austérité qui ont précipité les peuples grec, espagnol et portugais dans la misère !

Les femmes sont les premières victimes des politiques d’austérité ! Premières usagères des services publics, elles devront pallier par un travail gratuit accru – à savoir s’occuper des enfants et des personnes âgées – à la destruction des services publics de la petite enfance et d’aide aux personnes dépendantes. La majorité des fonctionnaires étant des femmes, elles seront les grandes perdantes des coupes dans les effectifs et les salaires dans la fonction publique. Le chômage féminin est également de nouveau en augmentation.

Ce dimanche 30 septembre, nous étions plus de 80 000 citoyennes et citoyens dans la rue pour dénoncer les politiques d’austérité que nous prépare le gouvernement socialiste. Le Collectif qui a organisé l’événement, composé de soixante-cinq associations, organisations syndicales et partis politiques, a décidé de faire en sorte que le premier cortège soit celui des femmes en lutte, réaffirmant ainsi qu’il est impossible de garantir un système de retraites égalitaire, une hausse raisonnable du SMIC, un service public de la petite enfance, une loi cadre contre les violences faites aux femmes et la réouverture des centres d’IVG si l’on serre ses petits doigts sous la baguette autoritaire des traités d’austérité !

Il faut que le gouvernement s’affranchisse des chaînes de la rigueur pour mettre en œuvre une vraie politique de relance, sauf s’il préfère préparer annuellement l’État à saupoudrer ses cils de larmes de crocodiles à chaque 8 Mars, Journée internationale des droits des femmes, pour déplorer le sort des victimes de la précarité, des inégalités, du recul du droit à l’avortement et des violences sexistes.

[information]

Les efFRONTé-e-s participent évidemment à la campagne contre le TSCG en figurant parmi les premiers signataires de l’Appel du collectif contre le TSCG, de l’Appel spécifique des féministes et de l’Appel spécifique « LGBT » contre le pacte budgétaire.

 

Depuis notre création,nous n’avons cessé de dénoncer les politiques d’austérité qui mettent en danger les droits des femmes grâce à des actions originales d’Agit Prop’ qui consistent à organiser des « Chamboule-tout contre le patriarcat », des exposés sur l’espace public ou encore des « criées dans le métro » que nous vous invitons à découvrir sur notre blog : effrontees.wordpress.com

 

Ce dimanche 7 octobre à 18h au MAS, 10/18 rue des terres au curé 75013, dans la salle Tilleul, les efFRONTé-e-s organisent une soirée féministe avec plusieurs invité-e-s comme Patric Jean, réalisateur de « La domination masculine », Osez Le Féminisme, le Collectif National Droits des Femmes, Le FIT une femme un toit ou encore Nicolas Gougain de l’InterLGBT pour parler égalité !

 

La soirée est ouverte, venez nombreuses et nombreux !

[/information]

ARTICLES SIMILAIRES