Accueil POLITIQUE Des actions sociales de l’armée pour cacher la violence contre les Indiens

Des actions sociales de l’armée pour cacher la violence contre les Indiens

Au Sud de Bahia, l’armée accomplit des actions civiques pour tromper la population tandis qu’elle accomplit des actions violentes contre les Indiens Tupinambás

Au début de ce mois de mars, l’Armée présente dans les quartiers municipaux du Sud de Bahia de Buerarema, llhéus, Itabuna et Una, initie quelques activités pour cacher les atrocités qui sont engagées par les soldats contre les Indiens Tupinambás.

Dans ce contexte, dans la ville de Buerarema, qui a été la scène de conflits intenses, l’armée utilise la démagogie pour que leur présence soit acceptée parmi la population. Devant le rejet de ladite population, l’armée a programmé des activités « civiques » comme un service médical, vétérinaire et même des activités ludiques dans une claire tentative de gagner le soutien des résidents.

Malgré la propagande et les services rendus, la participation de la population a été minime et, l’arrivée de l’armée a été vue par les résidents du quartier de Buerarema avec beaucoup de méfiance après que les soldats et les véhicules de guerre aient effrayé la population pauvre de la région.

La présence apparente des soldats et les actions à l’intérieur de la zone exigée par les indigènes, comme les attaques éclair, les approches violentes, les invasions et la destruction des maisons, etc… contre les Indiens Tupinambás, effraient la population de ces quartiers.

Cacher la violence contre les Indiens

Tandis que l’armée essaie de tromper la population des quartiers avec des actions « civiques », les soldats occupent la zone indigène et y accomplissent des opérations d’intimidation et de torture envers les Indiens, ceci pour cacher les crimes qu’ils commettent dans les zones reprises par les Indigènes et détourner l’attention vers les avantages de la présence des militaires. C’est évident que la tentative de se concentrer dans les actions sociales est destinée à permettre l’accomplissement du massacre des Indiens Tupinambás pour le profit des propriétaires terriens et des spéculateurs immobiliers de la région.

La population de la région appréhende l’activité de l’armée et fait un grand rejet de sa participation dans la résolution des conflits. Ceci est aussi dû au fait que l’armée est également utilisée pour combattre les mouvements populaires aux périphéries des villes.

Il est nécessaire de mettre en place une énorme campagne d’information contre le massacre du peuple Tupinambá et d’exiger le retrait immédiat de l’armée des rues du Sud de Bahia et de la zone exigée par les indiens Tupinambás.

Source : https://www.thechangebook.org/blog/1419/br%C3%A9sil-des-actions-sociales-de-larm%C3%A9e-pour-cacher-la-violence-contre-les-in/
Photo : AFP/EVARISTO SA – lemonde.fr

ARTICLES SIMILAIRES