Accueil ACTUALITE Oman : Les arrestations de militants des Droits de l’Homme se poursuivent

Oman : Les arrestations de militants des Droits de l’Homme se poursuivent

1187

Oman fait partie des pays auxquels les médias et les organisations internationales prêtent peu d’attention. Depuis le début du Printemps arabe début 2011, Oman a été le témoin de plusieurs manifestations appelant à des réformes en matière de salaire, de justice et de représentation politique.

La semaine dernière, un mot-clic sur Twitter est apparu comportant les noms de trois détenus #اسماعيل_حبيبة_يعقوب. Il s’agit de l’ancien joueur de volley-ball  Habiba Al Hinai et des activistes Esmail Al Muqbali et Yaqoub Al Kharusi. Ces activistes ont été arrêtés suite à leur visite aux champs pétroliers de Fahoud jeudi dernier pour témoigner de leur solidarité avec les employés omanais d’entreprises sous-traitantes auxquelles il a été demandé d’achever un projet pour deux compagnies pétrolières nationales. Selon Gulf News, cet appel à la grève était illégal et neuf entreprises sous-traitantes ont demandé à leurs employés de se mettre à leur disposition. Ceux-ci ont été avertis du fait qu’ils risquaient de perdre leur emploi s’ils continuaient la grève par le biais de laquelle ils demandaient de meilleurs salaires, une prime de risques et des droits à la retraite.

Les trois activistes détenus: Habiba, Esmail et Yaqoob (image postée par le blogueur détenu Nabhan Al-Hinshi)

Deux hommes relâchés et des blogueurs arrêtés  
Il y a six jours,  le joueur de volley-ball  Al Hinai et l’activiste Al Kharusi ont été relâchés mais pas Esmail Al Muqbali. Ces arrestations ne sont pas les seules et d’autres arrestations de militants des Droits de l’Homme ont suivi telles celles de Khalfan Al-badawawi, qui était l’un des organisateurs des manifestations du Sahara occidental en 2011, et du blogueur Ishaq Al-aghbari, arrêté pour avoir critiqué les autorités. Les deux détenus n’ont pas été autorisés à voir leurs avocats ou à recevoir la visite de leur famille. Par ailleurs, les charges d’inculpations ne sont pas encore connues,  selon le journal en ligne Watan .

Les grands journaux ne couvrent pas ces arrestations et les réseaux sociaux restent la seule source pour les suivre à la trace. Selon la page du forum de discussion de Gulf sur Facebook, six autres arrestations ont eu lieu ce vendredi. Ceux qui ont été arrêtés se trouvent être le blogueur Hassan Al-Raqishi, l’écrivain Humood Al-Rashdi, le blogueur Nabhan Al-Hinshi ainsi que les poètes  Hamad Al-Khrousi, Ali Al-Saadi et Ali Al-Haji.

Voici ci-dessous l’une des vidéos qui circulent sur Internet. Elle donne à voir les manifestants et les activistes qui se trouvent en détention depuis le début des manifestations l’année dernière (chargée par l’utilisateur  newoman2011):

[youtube id="h9MPM7HHWL4" width="620" height="360"]

Grève de la faim 
L’un des détenus,  Hilal Al-Alawi, a été condamné à deux ans de prison pour possession d’arme et pour avoir appelé à manifester. Il a entamé une grève de la faim il y a deux semaines avec d’autres prisonniers politiques et s’est cousu la bouche en signe de protestation. Les points de couture lui ont depuis été enlevés et Al Alawi a mis fin à sa grève de la faim vendredi, toujours selon la page Facebook .

Hilal Al-Alawi, un activiste détenu

Quelle sera la suite ?
Suite aux informations relatives à ces détenus, l’une des pages actives de Facebook a posté la photo suivante d’un manifestant, lequel porte une pancarte disant : “Le ministère public va-t-il mettre toute la jeunesse d’Oman en prison?”:

Seul le temps répondra à cette question.

Creative Commons License

Ecrit par Mona Kareem · Traduit par Noele Belluard-Blondel