Accueil ACTUALITE Ocupa el Congreso. Le 25 septembre, des milliers d’espagnols appellent à encercler...

Ocupa el Congreso. Le 25 septembre, des milliers d’espagnols appellent à encercler le parlement

2811

[information]Suivez le direct de cette journée sur http://actualutte.com/25s-le-direct/[/information]

Le 15 mai 2011 un coup de semonce social et citoyen éclatait en Espagne. Des milliers d’espagnols prenaient les places pour appeler à construire une démocratie réelle.

6 mois après, le mouvement était quasi planétaire. Localement partout des assemblées, des groupes de travail ont fleuri, et le 15 octobre 2011 des millions de personnes se sont mobilisées dans le monde entier pour transmettre ce message simple. « Nous sommes avec vous qui nous regardez, le peuple, ensemble nous allons tout changer »

De nombreux analystes, ont expliqué que ce mouvement quoique sympathique était incapable de construire une mobilisation basée sur des mots d’ordre concrets.

Il n’est rien de plus faux.

L’invitation à se réapproprier l’espace publique, à prendre les places, à débattre, à agir, à élaborer, à au fur et à mesure des mois permis de faire émerger de nombreuses initiatives. Ouvertures de squats, réhabilitation de villages abandonnés, création de potagers urbains, renforcement massif du secteur coopératif, appui à l’occupation d’usines, marches populaires, création de medias citoyens, actions en justice contre les banques, écritures de propositions constitutionnelles, il y a des milliers d’exemples de changement déjà initiés par le mouvement mondial des places.

Là où les analystes ont raison, c’est que ces multitudes d’initiatives ne permettent pas de créer, pour le moment, un rapport de force gagnant face aux pouvoirs en place.

En Espagne une proposition a été faite de lancer un mouvement pacifique insurrectionnel appelé « Ocupa el congreso ». Le 25 septembre 2012 les espagnols sont invités à encercler le parlement à Madrid, ainsi que les parlements régionaux pour exiger la démission du gouvernement du chef d’Etat et des parlementaires, la mise en place d’un processus constituant un audit citoyen de la dette, la nationalisation immédiate des biens communs…

Là où le 15 mai était un coup de semonce, le 25 septembre quelle que soit la réussite de la mobilisation sera un coup de tonnerre. L’évidence que les citoyens doivent faire chuter les régimes dans les dites « démocraties représentatives », va probablement se répandre comme une trainée de poudre. D’autres actions du même type auront lieu ailleurs dans les prochains mois, et celles-ci ne tarderons pas à être coordonnées de manière planétaire.

Nous nous devons de soutenir ce qui se passe en Espagne et de nous soutenir nous-même en imaginant des mobilisations là où nous sommes.

L’avenir nous appartient, à condition que  nous soyons conscients que le présent est déjà entre nos mains.

Pour aller plus loin :

Voici quelques extraits de leur appel.

« Nous appelons tous les citoyens espagnols le 25 Septembre 2012, ensemble et indéfiniment, à l’occupation du congrès pour la démission du gouvernement et l’ouverture d’un processus constitutionnel, nous appelons à l’union de toutes les luttes pour une société plus juste et démocratique. »

… 

« Nous demandons la démission de l’ensemble du gouvernement, pour avoir trompé le pays de manière si inconcevable et conduisant à la catastrophe, la dissolution du Parlement et la démission du chef de l’Etat »

« Nous demandons la création d’un processus constituant, la rédaction d’une nouvelle constitution, avec la participation et la représentation réelle de toute la société, qui doit prévoir des mécanismes de contrôle et le droit d’amendement qui garantisse à tout moment la souveraineté populaire . »

 « Nous demandons l’abrogation immédiate de toutes les coupes et de toutes les réformes contre l’État-providence sous prétexte de la crise, et comportant des restrictions des droits et des libertés des citoyens. »

 « Nous demandons l’audit de la dette publique de l’Espagne, avec le moratoire du paiement de la dette jusqu’à la délimitation claire des parties illégitimes qui ne doivent donc pas être payées par la nation, comme elles ont servi les intérêts privés et utilisé le pays pour leurs propres besoins et non pas ceux de l’ensemble des citoyens. »

« Nous demandons la nationalisation et le contrôle public des secteurs stratégiques et de première nécessité pour la société, les banques, l’énergie, l’eau, la santé, l’éducation et la gestion de l’environnement. »

Des rassemblements de solidarité sont organisés en parallèle ce mardi devant les ambassades espagnoles de Paris et Amsterdam.

 

Pour une traduction complète  de l’appel et pour marquer notre solidarité : http://www.convergencedesluttes.fr/petitions/index.php?petition=26

La plate-forme en espagnol:

http://plataformaenpie.wordpress.com/2012/07/23/el-25-de-septiembre-rodeamos-el-congreso-el-25-de-septiembre-el-pueblo-sera-soberano/