Accueil ACTUALITE Les pesticides seraient de 2 à 1000 fois plus toxiques qu’annoncés

Les pesticides seraient de 2 à 1000 fois plus toxiques qu’annoncés

2199

Connu pour ses publications sur la toxicité du maïs OGM MON863 de Monsanto et sur la toxicité du Roundup, le professeur Gilles-Eric Séraliné vient de dévoiler une nouvelle étude dans laquelle il déclare que les pesticides sont de « deux à 1.000 fois plus toxiques » qu’annoncés.

Le scientifique a été épaulé par plusieurs chercheurs de l’université de Caen ainsi que le Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (Criigen). Il a concentré ses recherches sur les neuf principaux pesticides utilisés dans le monde, trois herbicides (le Roundup, le Matin El et le Starane 200), trois insecticides (le Pirimor G, le Confidor et le Polysect Ultra ) et trois fongicides (le Maronee, l’Opus et l’Eyetak), un agent qui tue les champignons.

« Nous avons étendu les travaux que nous avons faits avec le Roundup (un pesticide de la firme américaine Monsanto) et montré que les produits tels qu’ils étaient vendus aux jardiniers et aux agriculteurs étaient de 2 à 1 000 fois plus toxiques que les principes actifs, qui sont les seuls à être testés in vivo à moyen et long terme » a déclaré le professeur Séralini..

Concrètement,les chiffres officiels ne représenteraient que la toxicité de la substance active alors que des adjuvants sont ajoutés aux produits commercialisés. « Il y a méprise sur la réelle toxicité des pesticides », ajoute le scientifique. Réalisée in vitro sur des cellules humaines, l’étude conclut que sur les neuf pesticides analysés, « huit formulations sont clairement en moyenne des centaines de fois plus toxiques que leur principe actif ». Ces différences seraient dues aux adjuvants qui « sont souvent gardés confidentiels et sont déclarés comme inertes par les fabricants ».

Dans un communiqué, François Veillerette, porte-parole de l’ONG Générations Futures, a réagi à l’étude en déclarant cela « montre l’ampleur du scandale de la sous- évaluation des risques réels posés par les pesticides auxquelles les agriculteurs et le reste de la société également sont exposés chaque jour ! Nous demandons à ce que des tests sur les effets chroniques de ces formulations de pesticides soient rendus obligatoires au niveau national et européen au plus vite. C’est une exigence de santé publique » a t’il ajouté. Dans le même temps, 1200 médecins ont signé un appel mettant en garde contre les risques posés par beaucoup de molécules de ces produits.

Sources : AFP, Biomed, Générations Futures

– Avec CitizenPost