Accueil ENVIRONNEMENT Un boeing 747 largue du kérosène sur les Savoies et la Suisse

Un boeing 747 largue du kérosène sur les Savoies et la Suisse

2641

Voici une pratique que nous ne connaissions pas. Dans la nuit de mardi à mercredi, un Boeing de la compagnie Delta Airlines contraint de se poser à Amsterdam pour débarquer un passager agité a largué des milliers de litres de kérosène au dessus des Savoies et de la Suisse. Une procédure qui ne serait pourtant pas si rare.

Alors qu’il effectuait la liaison entre Tel Aviv et New York, l’avion a donc mis en place sa procédure de rejet d’une partie de son kérosène afin de réduire son poids et les risques d’explosion en cas d’atterrissage compliqué. La technique est appelée « fuel dumping », le carburant quitte l’avion par des ouvertures se situant près du bout des ailes, mais de façon à les éloigner le plus possible des réacteurs.

Entre 3h30 et 4h du matin, le Boeing 747 a donc largué plusieurs milliers de litres de kérosène à l’Est de la France. Selon Skyguide, la société qui surveille l’espace aérien suisse, l’opération a débuté à 10.000 mètres d’altitude, à 20 km à l’ouest d’Albertville, au dessus du Massif des Bauges avant que l’avion ne se dirige vers la région lémanique en Haute-Savoie puis au-dessus de Rolle (Suisse), Besançon et Verdun.

Pour Vladi Barrosa, le porte-parole de Skyguide, la procédure n’est pas rare et n’aurait pas d’impact sur l’environnement. « 90 % du kérosène se désintègre dans l’air et le restant n’a pas de conséquence pour le sol » explique-t-il, ajoutant que les largages « s’effectuent dans le respect de directives strictes, afin d’éviter tout danger supplémentaire pour l’avion et toute atteinte à l’environnement. »

Malgré ces directives, des groupes environnementaux ont déjà exprimé leur inquiétude sur les conséquences potentielles du fuel dumping. Il a été estimé que jusqu’à 7 millions de litres de carburant ont été rejetés sur les océans de la planète par des avions commerciaux et militaires dans les années 1990. Bien que le kérosène ne représente aucun danger pour la couche d’ozone, il est un produit du pétrole qui peut influer sur la qualité de l’eau un peu comme un déversement de pétrole ou d’essence.

Sources : Aerospaceweb, Arcinfo, CitizenPost

- Crédit photo : Délestage de carburant (« fuel dumping ») depuis un Airbus A340-600 au dessus de l’Atlantique, à proximité de Nova Scotia. Par Bobmil42