Accueil ACTUALITE Le Bazar de Téhéran baisse le rideau contre l’effondrement de la monnaie...

Le Bazar de Téhéran baisse le rideau contre l’effondrement de la monnaie iranienne

1043

Baztab, un site web installé en Iran, rapporte que le Bazar de Téhéran s’est mis en grève mercredi 3 octobre 2012 en guise de protestation des commerçants et boutiquiers contre la monnaie nationale en chute libre. Le rial iranien a atteint la veille son cours historiquement le plus bas face au dollar US, avec un dollar s’échangeant à 34.000 rials environ. Selon Baztab, le régime iranien a tenté de contrecarrer la hausse des devises étrangères en filtrant les sites web qui annoncent les taux de change, comme Mazane.

Le président Mahmoud Ahmadinejad a dit aux journalistes le 3 octobre que la crise monétaire était le résultat du “problème temporaire” de l’embargo international sur les importations de pétrole iranien.

Les manifestations de retour dans les rues

Une vidéo sur YouTube montre les “commerçants en grève au Bazar de Téhéran” :

[youtube id="A8mKduE_K0I" width="620" height="360"]

Un rassemblement se forme à Téhéran :

[youtube id="MDFjyg1KXpw" width="620" height="360"]

Le blogueur iranien Sedaiazad écrit que selon des informations venues d’Iran, des gens se sont rassemblés place Toopkhoneh à Téhéran et ont brisé les vitrines de plusieurs magasins.

Bayandeandishe écrit que les manifestants se sont heurtés à la police sur la place d’Istanbul à Téhéran, et qu’ils ont marché vers la place Ferdoussi au centre de la ville, en criant “A bas la Syrie !”.

Un slogan certainement inspiré par le fait que les Iraniens sont nombreux à reprocher au gouvernement iranien son soutien (supposé) au régime syrien à un moment où leur propre pays est à court de finances. Cela peut aussi être une façon moins explicite de critiquer le pouvoir iranien qui ne tolère pas la dissidence.

Xcalibur indique que des parents qui travaillent dans le Bazar l’ont informé sur la grève et les jeunes qui scandent des slogans. Pour le moment les forces de sécurité ne sont pas intervenues.

Creative Commons License     Ecrit par Fred Petrossian · Traduit par Suzanne Lehn