Accueil MEDIAS Israël irrité par le lancement de Google Palestine

Israël irrité par le lancement de Google Palestine

Google a remplacé la mention de « Google Territoires palestiniens » sur son moteur de recherche par « Google Palestine », irritant le gouvernement israélien qui refuse toujours de reconnaître la Palestine en tant qu’État.

La modification est intervenue le 1 er mai sur la page palestinienne du moteur de recherche www.google.ps et a été saluée par la direction palestinienne. « Nous changeons le nom de Territoires palestiniens en Palestine dans tous nos produits. Nous consultons une série de sources et d’autorités pour nommer les pays. Dans ce cas, nous suivons l’ONU, l’Icann (régulateur des noms de domaine sur internet, NDLR) l’ISO (Organisation internationale de normalisation, NDLR) et d’autres organisations internationales » a expliqué dans un communiqué Nathan Tyler, un porte-parole de Google.

Une prise de position politique ? La décision a irrité le gouvernement israélien. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Yigal Palmor a déclaré à l’AFP que « Ce changement soulève des questions sur les raisons derrière cette implication surprenante d’une entreprise internet privée dans la politique internationale, et d’une manière controversée ». En novembre dernier, 138 pays avaient voté pour l’élévation de la Palestine au statut d’État observateur à l’ONU. Seuls 8 pays avaient voté contre; Israël, les États-Unis, le Canada, la République tchèque,Panama, les îles Marshall, la Micronésie, Nauru et les Palau. Un peu plus de 100 pays reconnaissent déjà officiellement l’existence d’un Etat Palestinien (voir liste).

La décision de Google est « Un pas dans la bonne direction », pour les Palestiniens. Le conseiller du président palestinien Mahmoud Abbas, Sabri Saïdam voit dans le positionnement de Google un « résultat du vote des Nations unies ». « Nous espérons que Google maps montrera aussi les terres palestiniennes confisquées par la colonisation israélienne », a-t-il dit à l’AFP

ARTICLES SIMILAIRES