Accueil ACTUALITE Grèce : D’où vient la photo de la Ménade grecque en sang...

Grèce : D’où vient la photo de la Ménade grecque en sang ?

3371

« Ménade » grecque moderne. Photo de Dimitris the Athens, dimitristheathens.blogspot.gr.

“Nous avons un rêve. Nous sommes encore vivants. Nous voulons juste la paix. Mais… nous devons lutter”. Voici les quatre phrases qui accompagnent la photographie du photographe et blogueur ‘Dimitris the Athens‘. Celle ci montre une jeune femme nue, le symbole d’une Ménade moderne  [Dans la mythologie grecque, les Ménades escortaient Dionysos], saignant du nombril et tenant dans ses mains, comme si elle portait un nouveau né, le drapeau de la Grèce.

Cette photo, qui a fait le tour de la planète grâce aux médias sociaux, exprime la situation psychologique actuelle du peuple grec, sa colère et sa dignité perdue, durant ces temps de crise.

Dimitris the Athens s’est inspiré du mythe des nymphes dans la mythologie grecque, appelées les Ménades. Dans son blog, il écrit à propos d’elles [grec, anglais] :

Les ménades étaient des nymphes qui accompagnaient le dieu Dionysos, en grec ancien le nom ‘Ménade’ signifie littéralement “délirer”. (…) En effet, la caractéristique principale des Ménades était leur délire extatique, souvent inspiré par Dionysos. Durant leurs danses effrénées, ivres, elles perdaient le contrôle d’elles mêmes, hurlant frénétiquement, et  se comportaient de façon incontrôlée, hyperactive et violente, défiant toute logique. Dans la Grèce d’aujourd’hui, les Ménades existent et continuent à déranger…

Dimitris the Athens, lors d’une interview exclusive pour Global Voices, explique qu’il a été motivé et inspiré par l’apathie du peuple et par la misère qui persiste autour de nous aujourd’hui :

Ça me rend malade et fatigué de voir les photos des médias étrangers qui montrent seulement les sans-abris, les immigrés, les politiciens incapables. Futur… Renaissance…Fierté…nulle part…

A propos des Ménades de la Grèce moderne, il déclare :

Je ne peux pas encore les identifier clairement mais je peux les “sentir” intensément. Elles sont sur la route, elles sont en train de se préparer. Elles sont proches de nous. Nous pouvons les trouver dans les fondements, au cœur de la mémoire populaire, mais cela n’aura pas de rapport avec Dionysos cette fois-ci.

L’un des messages évident de la photo étant la nécessité de réagir et de lutter, Dimitris the Athens nous explique ce que le combat signifie :

La lutte commence par éteindre la télévision et réagir contre tout ce qui s’est figé en dogme et ce qui a affaibli notre fierté (estime de soi). Cette guerre n’est ni financière ni politique, c’est une guerre éthique.

Il croit fermement que la crise en Grèce est d’ordre éthique, mais il conclut en empruntant les paroles d’une chanson grecque :

Les jours qui arrivent seront inhabituels mais seront des jours merveilleux.

La photo a attiré l’attention des médias sociaux et de nombreux sites web d’information, pas seulement en Grèce mais dans le monde entier. Un utilisateur de Twitter, Papapetrou Patroklos, tweete :
@ppapapetrou76: A lire/ A voir absolument  #MAENADShttp://dimitristheathens.blogspot.com/2012/05/maenads.html Photo choquante d’une femme en sang tenant le drapeau grec #greek .
 
Le nouveau site web Greek Reporter écrit [en anglais] à propos de l’impact de la photographie de la Ménade en sang :

Les utilisateurs de différents médias sociaux du monde entier, tels que Facebook et Twitter, ont publié la photographie comme leur photo de profil personnelle, créant une chaîne géante de Ménades grecques en sang, partageant ainsi le même message. Le long slogan de quelques mots est ce que chaque personne grecque pense aujourd’hui, que la Grèce est en train de se débattre avec la crise financière, c’est peut-être une des raisons pour laquelle la photo est devenue immédiatement populaire.

La réaction des  internautes devant cette photo justifie les propos du photographe : dans la Grèce moderne, les Ménades existent et continuent à déranger…
 
Creative Commons License

Ecrit par Alexia Kalaitzi · Traduit par Clementine Dupuy-roudel 

ARTICLES SIMILAIRES