Accueil ACTUALITE Echelle des salaires: Hollande lance l’offensive

Echelle des salaires: Hollande lance l’offensive

1196

Le gouvernement français a confirmé son intention de réduire l’échelle des salaires des dirigeants des entreprises publiques.

“La crise suppose l’exemplarité des élites politiques et économiques”, a affirmé le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Après la réduction de 30% des salaires des ministres et du président de la République, le gouvernement va donc s’attaquer aux salaires des dirigeants et hauts cadres des entreprises publiques.

D’après le Premier ministre, un décret sera prochainement publié pour établir une échelle des salaires allant au maximum de 1 à 20 dans les entreprises dont l’Etat est actionnaire majoritaire. Le gouvernement a décidé d’aller plus loin que la promesse de campagne de François Hollande, en appliquant cette nouvelle règle aux contrats en cours.

Ainsi, le PDG d’Areva Luc Oursel ou encore celui d’EDF, Henri Proglio, ne pourront pas toucher un salaire plus de vingt fois supérieur à celui du salarié le moins bien payé de leur entreprise. Si cette règle est appliquée pour Henri Proglio, par exemple, il verra son revenu annuel de 1 million d’euros baisser de 66%.

Sur le chemin de l’ESS

La question de la réduction des écarts de rémunération est l’un des principes phares prônés par les entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS). L’une des organisations représentatives du secteur, leCEGES, avait inscrit la mise en place d’une échelle des salaires réduite dans les 12 propositions présentées aux candidats à l’élection présidentielle.

Après la nomination d’un ministre délégué à l’ESS, Benoît Hamon, cette mesure est donc un pas de plus en direction du secteur, mais beaucoup de chemin reste à parcourir. Certains acteurs, comme le Mouvement des entrepreneurs sociaux défendent une échelle de salaires plus réduite encore: de 3 à 10 fois le salaire le plus faible, selon la taille de l’entreprise.

Par ailleurs, cette règle ne concernera pas les entreprises privées. Dans les entreprises dans lesquelles l’Etat est actionnaire minoritaire, ce dernier devra donc se contenter de jouer des coudes via ses membres dans les conseils d’administration pour faire passer cette nouvelle règle.

[information]Par  sur youphil.com[/information]
Crédit photo: Flickr/Christopher Dick.