#Reforme_sociale aux frais des #adherents_mutualistes.

    372

    Le reste à charge Zéro, pour certaines montures de lunettes, certains implants dentaires, et certains appareils auditifs est sur les rails.

    Voilà une réforme « qu’elle est sociale » – comme dirait Coluche !

    Bon cela dit, on ne va pas faire les difficiles, c’est sûr qu’un « reste à charge Zéro » sur des produits d’entrée de gamme permettra à beaucoup de citoyens d’avoir au moins le matériel médical minimum pour leurs besoins visuels, dentaires ou auditifs. Les négociations sont en cours entre le ministère de la Santé,  de l’Economie, l’Assurance Maladie, les mutuelles santé et les professionnels de santé. De toute façon, le remboursement ne portera pas sur l’ensemble des frais de santé, mais sur la partie qui touche l’essentiel des Français. Pour cela, le gouvernement essaiera d’établir des plafonds de prix, afin de juguler l’augmentation de la prise en charge par les mutuelles.

    Cette tarification coûtera quand même un milliard d’euros « à l’horizon 2023″ pour l’assurance maladie et les complémentaires, même si Agnès Buzyn ne peut définir la masse des personnes qui voudront alors en profiter, ce qui pourrait faire gonfler ce coût.

    Alors qui supportera la charge de ces surcoûts ? Le gouvernement qui mène une politique d’austérité pour satisfaire l’europe, qui dégraisse le mammouth d’Etat en cassant les acquis sociaux et veut privatiser tout ce qui peut l’être, même les services publics ? Les mutuelles, qui ont déjà augmenté de 47% leurs tarifs en vingt ans ? La Sécurité Sociale, qui court désespérément derrière son trou pour le boucher ?

    Il est plutôt fort probable que les mutuelles répercuteront leur « manque à gagner » sur les cotisations des mutualistes et que les prélèvements sociaux dédiés à la Sécurité Sociale suivront le même exemple simple …. et efficace.

    Au final, c’est encore la solidarité des citoyens, par l’augmentation des cotisations SS et mutuelles qui absorberont la note, au détriment de leur pouvoir d’achat, pour ce qui semble être au départ une mesure sociale, mais qui sera en fait payée par l’ensemble des cotisants sociaux et des sociétaires mutualistes.

    Les mutuelles et les professionnels de santé ne se laisseront pas manger la laine sur le dos, l’Etat mène une politique pour les « premiers de cordée », et nous paierons pour que l’auréole sociale qui ceint la tête de notre président lui donne une image de « en même temps » président des pauvres.

    Source : Canard Enchaîné (20/06)