L’#opacite du #nouveau_monde de #Macron similaire au #conflits_d_interets de l’#ancien_monde

    439

    Lancet, vous conaissez ?

    C’est une prestigieuse revue scientifique médicale anglaise, publiée par the Lancet Publishing Group, très sérieuse et qui a pignon sur rue.

    Le 12 juin, elle publiait un article au titre évocateur : « France may be back, but the old ways persist for INSERM ». En bon français, cela veut dire : « la France serait de retour, mais les vielles habitudes persistent à l’INSERM ».

    De quoi s’agit-t-il donc ? La nomination du futur patron de l’INSERM serait « opaque ».  En effet, Yves Lévy, l’actuel président,  serait candidat à sa propre succession. Tout cela sans officialisation de sa part exprimée sur cette option. Il est accessoirement le mari d’Agnes Buzyn, actuelle ministre de la santé.

    C’est  donc à ce propos que « the Lancet » affime que « la réputation du milieu scientifique français à été endommagée par cet épisode », et « il incombe maintenant [au président français] de restaurer la confiance dans un système terni par cette opacité » (sic).

    Explication en mode « éléments de langage » de la ministre de la santé :  » … il faut creuser un peu. Il y a débat en Europe, à  cause du Brexit, sur les aides à la recherche qui ne seront plus octroyées aux Anglais… » (sic)

    Les Anglais seraient-il manipulateurs ou menteurs et manqueraient donc d’éthique ? Ou le conflit d’intérêt patent, le pistonnage et le pantouflage seraient des pratiques originales du « nouveau monde » si cher à Macron qui se veut en opposition à un « ancien monde » corrompu par une caste de privilégiés accrochés au pouvoir comme des moules sur les rochers ?

    Conclusions de l’article du « Lancet » : « Le président Emmanuel Macron a mené une campagne basée sur la transparence; Le fardeau qu’il doit maintenant supporter est de restaurer la confiance dans un système terni par cette opacité. Macron a le pouvoir d’opérer un changement dans la culture de la recherche en France – et de décider que ces pratiques secrètes appartiennent au passé – en soutenant un processus de nomination ouvert et transparent, en encourageant la publication des noms des candidats et en rendant publiques les délibérations. »(sic)

    Ah, ces Anglais qui donnent des leçons de transparence à la France …..!!

    Source : Canard Enchaîné (20/06/2018)