Accueil ENVIRONNEMENT Un navire de Sea Shepherd percuté par un baleinier japonais

Un navire de Sea Shepherd percuté par un baleinier japonais

6029

L’organisation Sea Shepherd, une ONG vouée à la protection des océans a accusé dimanche un harponneur nippon d’avoir volontairement percuté l’un de ses navires. En décembre, elle avait envoyé trois bateaux dans les eaux de l’Antarctique – le Bob Barker, le Steve Irwin et le Sam Simon – à la poursuite des baleiniers dans le but de harceler la flotte japonaise et de l’empêcher d’atteindre ses quotas de pêche.

« Le Bob Barker a été heurté par le navire harponneur de la flotte japonaise, le Yushin Maru N°2 » a déclaré l’organisation qui ajoute que les Japonais ont tenté de détruire les hélices de ses bateaux à l’aide de câbles en aciers. Des projectiles auraient été envoyés sur le Steve Irwin tandis que l’équipage de bob Barker aurait été harcelé par des canons à eaux. « Les baleiniers ont été plus agressifs que jamais » confie le capitaine du Bob Parker.

L’Agence japonaise des pêches a confirmé que des accrochages avaient bien eu lieu, mais elle dément que les baleiniers japonais aient mené des attaques contre le Bob Barker. « Nous avons été informés de dégâts sur la poupe et la coque (du Yushin Maru N°2). Les activistes ont aussi lancé une corde sur le Yushin Maru N°1. Cette corde est désormais enroulée autour de l’hélice».

C’est une véritable bataille navale qui oppose les équipages de Sea Shepherd aux baleiniers. Les militants écologistes tentent d’empêcher les navires nippons de procéder à la pêche des cétacés en s’interposant avec leur flotte et en essayant de bloquer les hélices. L’organisation n’hésite pas à mener des abordages en pleine mer, et même parfois des sabotages sur les navires à quai ce qui a parfois valu à ses activistes de se faire tirer dessus.

Une première victoire pour les défenseurs des baleines

Depuis le début de la semaine, la flotte du Sea Shepherd bloquait la cale de l’un des principaux baleiniers, le Nisshin Maru. Peter Hammarstedt, le capitaine du Bob Barker, a déclaré que « la stratégie de base de nos campagnes de défense des baleines de l’Antarctique est de bloquer la cale du Nisshin Maru et de s’assurer qu’aucune baleine morte ne soit hissée dans cet abattoir flottant: nous avons atteint cet objectif. Nous allons continuer à bloquer l’accès à la cale de halage de ce navire de braconnage, et poursuivrons implacablement notre mission de protection des baleines et du caractère sacré du Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral. »

Les Japonais pratiquent ce qu’ils appellent une pêche à visée scientifique. Elle est d’ailleurs tolérée par la Commission baleinière internationale qui en a interdit la chasse commerciale depuis 1986. Pour autant, tout le monde est conscient que les cétacés finissent en morceaux sur les étals. Ainsi, les défenseurs de baleines jugent que la raison scientifique est un prétexte qui cache une pêche commerciale. Cette année, la flotte nippone aurait pour objectif de capturer 1035 baleines, dont 50 rorquals communs, une espèce en danger, et 50 baleines à bosse.

« 2014 est une grande année pour les baleines. Sea Shepherd possède à présent une vraie flotte, ce qui nous offre une grande flexibilité et nous donne la possibilité de poursuivre indéfiniment la flotte baleinière, en l’empêchant de chasser. Nous n’aurons pas de repos tant que cette flotte illégale ne sera pas expulsée du Sanctuaire » conclut Adam Meyerson, le capitaine du Sam Simon.

Sources : AFP, Sea Shepherd – Avec CitizenPost

- Crédits photo : Le trimaran ultra-rapide de l’ONG Sea Shepherd, l’«Ady-Gil» a été détruit en 2010 après une violente collision contre un navire de pêche japonais au large des côtes australiennes.