Accueil REFLEXION Tué par une balle dans le dos lors du braquage d’une bijouterie...

Tué par une balle dans le dos lors du braquage d’une bijouterie à Nice : un meurtre selon la loi.

5929

Lors du cambriolage d’une bijouterie à Nice par deux individus, le bijoutier après avoir réussi à repousser les deux cambrioleurs, les a poursuivis dans la rue et a tiré dans le dos de l’un deux. Le braqueur est mort sur le coup.

Face à ce fait divers, l’extrême droite friande de faits divers mettant en scène ce genre d’accident, s’est empressée de mettre en avant ses incantations sécuritaires comme « la mort, c’est l’autodéfense », « vive la peine de mort »…. Une récupération habituelle pour défendre une idéologique qui se nourrit de faits divers pour entretenir la peur des autres, des étrangers, des délinquants. Des principes sécuritaires qui entretiennent la violence, la haine et le rejet.

Mais cette fois, ils sont allés trop loin en soutenant le droit au meurtre, car ce qu’ils défendent en réalité, c’est l’auto-défense à l’américaine, c’est le droit de tuer.

Paradoxalement, alors qu’il y a deux fois moins d’assassinat depuis 15 ans, la mise au premier plan de la violence dans la propagande sécuritaire s’inscrit dans une volonté à redresser cette tendance. Car pour imposer l’idée de la nécessité de mesures sécuritaires, il faut de l’insécurité.

Quant à la vision de l’autodéfense, ceux qui proposent ou défendent le droit au port d’armes, sont souvent ceux qui font fi de la loi quand les circonstances leur conviennent. Ils sont en réalité de potentiels dangers publics, puisqu’ils sont prêts à confondre la justice privée, celle des milices et la justice d’un Etat de Droit. C’est aussi et surtout abandonner le principe de l’intérêt général au profit d’un aléatoire et subjectif intérêt particulier, pulsif ou émotionnel.

La nouvelle loi pénale en examen actuellement est source de critiques multiples. En effet, pour beaucoup, la seule solution contre la délinquance ou pour lutter contre l’insécurité est la répression, la prison. Personne n’a donc jamais imaginé que l’explosion de la pauvreté, du chômage seraient aussi au coeur du problème. Il serait donc plus facile de lutter contre la pauvreté en emprisonnant les délinquants des classes populaires, en l’oppressant, en l’affamant ? Les maux qui gangrènent notre société viendraient-ils des classes les plus pauvres ? La loi Taubira est critiquée par une certaine frange favorisée de la population, car elle ne pourrait plus dominer, diriger le peuple comme ont tenté de le faire les ministres de l’intérieur sous Sarkozy.

Dans ce drame, à l’évidence, il n’y avait plus de légitime défense. Elle aurait pu être invoquée si le tir s’était produit dans la boutique, avec les protagonistes face à face. Mais devant les faits, dans un état de droit, il y a meurtre, et le bijoutier doit être jugé devant une cour d’assises pour évaluer les responsabilités de chacun.

La légitime défense, l’autodéfense, obéissant à des règles subjectives amèneront obligatoirement à des bavures, des abus, des crimes ou meurtres. Sous le coup de la colère, de la peur ou de l’émotion, ce n’est pas la justice qui est rendue, mais la vengeance, et elle ne figure pas dans le code pénal comme principe de justice pour donner la mort.

C’est le 18 Septembre 1981 que le peine de mort a été abolie en France … ne lui donnons pas une nouvelle vie avec le droit de tuer.