Accueil ENVIRONNEMENT Refroidissement global ? Non, l’état de la banquise ne s’améliore pas !

Refroidissement global ? Non, l’état de la banquise ne s’améliore pas !

6789

Il y a quelques jours, le Dailymail et le Synday Telegraph, deux quotidiens britanniques ont affirmé qu’un refroidissement global était en cours, s’appuyant sur un volume de glace en mer Arctique plus important qu’il y a un an. Des affirmations relayées à tort par plusieurs rédactions francophones telles la Tribune de Genève, Contrepoints (qui va jusqu’à affirmer qu’il n’y a aucun signe de réchauffement climatique depuis 15 ans..) ou encore Le Temps.

« Et maintenant, c’est le refroidissement global ! La calotte glaciaire enregistre une croissance de 60% en un an. » a titré début septembre le Dailymail. « Le climat serait en train de se refroidir » a repris aujourd’hui la Tribune de Genève. Le syndrome du climato-scepticisme a refait surface sur une analyse déliée de sens.

Sur Dailymail, le journaliste David Rose explique que l’étendue de la banquise a augmenté de 60 pour cent en août 2013 par rapport à août 2012. Près d’un million de mètres carrés d’océan de plus sont ainsi recouverts de glace qu’il y a un an. Un niveau similaire aux années 2008-2010 dont l’étendue était déjà bien en déca des années 1970. Ce constat n’a rien d’étonnant après la fonte record de l’été 2012, mais il semble être un signe incontournable d’un refroidissement global pour ce Mr. Rose.

80% des scientifiques du Bjerknes [science du climat arctique] Conférence pensaient déjà il y a quelques mois que la banquise arctique serait plus étendue en 2013 qu’en 2012. La raison est simple, c’est le principe de régression vers la moyenne qui est le phénomène que si une valeur extrême d’une variable est observée, la prochaine mesure sera généralement moins extrême. Il est ainsi rare d’enregistrer plusieurs records consécutifs.

Un principe illustré à merveille par Dana Nuccitelli, journaliste à The Guardian qui lui aussi s’attendait une progression de la surface de la banquise.

ArcticEscalator450

Données du NSIDC. Etendue de la banquise de 1980 à 2012.

La tendance de fond ne peut être niée. Malgré les rebonds, la banquise connaît une diminution rapide depuis les années 95. Un constat tout aussi visible sur les statistiques d’épaisseur moyenne analysées par le projet PIOMAS (Pan-Arctic Ice-Ocean Modeling and Assimilation System).

Bpiomas_plot_daily_heff.2sst

La banquise n’est donc pas en meilleur état qu’il y a un an. Elle est certes plus étendue, mais ceci est lié à des conditions météo calmes et favorables au maintien du froid sur le pôle nord alors que le bloc de glace s’était littéralement fait pulvériser un an plus tôt par une puissante dépression. Il en résulte une débâcle moins importante, mais un volume de glace toujours proche des records et même inférieur à 2012. La tendance de fond à une régression rapide de la banquise semble quant à elle toujours à l’ordre du jour. Seule une succession de plusieurs hivers froids et d’étés frais dans l’océan arctique seraient à même de renforcer l’épaisseur de la glace et donc sa résistance face à la débâcle de l’été et aux dépressions.

L’analyse de Mr. Rose semble ignorer de nombreux éléments qui sont pourtant accessibles à tous. Ce journalisme du sensationalisme ne peut que mener qu’à des affirmations faussées, dans un sens comme dans l’autre. Le plus simple pour le lecteur est encore d’aller vérifier par lui même.

> Voir l’article de Dailymail

> L’article de The Guardian qui rétablit les faits

> Le Polar Science Center (statistiques de la banquise)