#SecuriteSociale ou #AssurancePrivee ? un #Choix de #Societe !

    104

    Attac

    La Sécurité Sociale est la plus grande conquête sociale de l’après-guerre.

    Sa mise en œuvre résulte d’une des orientations majeures du Conseil National de la Résistance, en mars 1944 « … un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État … ».

    Le Patronat Français s’est toujours opposé à cette conquête sociale, il a réclamé et obtenu d’abord les ordonnances de 1967, puis plusieurs contre-réformes qui ont affaibli la Sécu (assurance maladie et retraites) au profit de compagnies d’assurances privées, dont certaines se déguisent en mutuelles.

    Les théories néolibérales veulent clairement la domination des puissances financières, l’heure n’est plus au « compromis social » des années 40 à 70. Une institution comme la Sécu qui échappe encore et toujours à la Finance est pour le Medef une anomalie à faire disparaître tôt ou tard. Certaines compagnies d’assurance ne veulent plus se contenter d’être des « complémentaires » et veulent concurrencer la Sécu dès les 1ers remboursements. D’autant plus qu’un budget global de près de 500 milliards € par an, largement supérieur au budget de l’État, suscite bien des convoitises.
    Rappelons-nous Denis Kessler, n° 1 des Assurances en 2007 « Il s’agit de défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance »

    Le gouvernement annonce un remplacement de cotisations sociales maladie par la C.S.G., un impôt qui n’offre aucune garantie d’être affecté définitivement à la Sécurité Sociale. Le gouvernement envisage aussi un calcul des Retraites par points, où la valeur du point pourrait diminuer si l’espérance de vie augmente ! Ce sont des moyens d’affaiblir la Sécu !

    Pour nous citoyens, il s’agit au contraire non seulement de défendre nos droits sociaux, mais de les améliorer. La Sécu repose sur le principe : Nous cotisons selon nos moyens, nous obtenons des prestations selon nos besoins ». Tous les besoins et non pas une limitation pour des « contraintes économiques ».

    Toutes les prestations de la Sécu sont la contrepartie de cotisations sociales. Ni profit ni recours aux marchés ! Ce système a montré qu’il était capable de fonctionner de manière autonome, avec seulement une aide de l’État les années de déficit. La Santé ne doit-elle pas être une priorité ? Mais la Sécu a besoin de davantage de RECETTES et non pas d’une réduction de ses dépenses !

    RECOURIR AUX MUTUELLES N’EST PAS LA SOLUTION ! Tous, même les enfants, doivent cotiser aux mutuelles. Les remboursements par la mutuelle, ou la Cie d’assurances, sont proportionnels aux efforts financiers de la famille. Presque tous les ans, les COTISATIONS des MUTUELLES AUGMENTENT.
    Les assurances privées présentent les mêmes problèmes plus celui de servir des dividendes à leurs actionnaires, la santé devient un business ! Ce n’est pas l’intérêt des familles, quoiqu’en disent les campagnes de pub.

    ARTICLES SIMILAIRES