#PatronsCasseurs et #PatronsVoyous qui portent #Plainte contre l’#Etat

    93

    - En 1978, des Finlandais rachètent l’usine à papier de Docelles dans les Vosges.
    En 2014, il la mettent à l’arrêt. Pour qu’elle ne soit pas rachetée par des concurrents, ils la sabotent.
    Pour transoformer la pâte à papier, l’entreprise utilise de lourds cylindres de métal ; Tous ont été systématiquement percés, c’est à dire plusieurs dizainees…
    L’un d’eux, neuf, dans sa boîte d’origine, encore emballé, valait 700 000 €. Un commissaire priseur évaluait la machine complète à plus de 100 millions d’€, mais  » (…) dans son état actuel, elle partira sans doute à 1 ou 2 millions d’€ ».
    Pour protéger les profits, détruire l’outil de production est tout à fait légal, mais qu’en pensent les ouvriers ?

    - En 2004, deux hommes d’affaire américains rachètent pour 1€ symbolique les ateliers Thomé-Génot dans les Ardennes. C’est une usine métallurgique qui produisait annuellement 3 500 tonnes de ferrures forgées et usinées. Mais deux ans plus tard, la société repreneuse Catalina, associé à un fonds d’investissement détournent la trésorerie. Trois ans plus tard, ils sont condamnés à 15 millions d’€ d’amende pour « banqueroute par détournementet abus de bien social ».
    Tout cela leur est signifié par l’envoi d’un courrier à Nouzonville au siège social.
    Mais nos deux compère étaient à Los Angeles à ce moment là, et affirment n’avoir jamais été informés de leur condamnation.
    Ils ont donc attaqué l’Etat en justice et ramassé la mise de 10 000€ en réparation de leur « préjudice ».
    Elle est pas belle la vie ?

    Source le Canard Enchaîné du 25/10/2017