#Macron, un #Populiste #Opportuniste qui ratisse au plus large.

    921

    Petit retour sur l’Aquarius, ce bateau qui transportait 629 réfugiés (le terme migrants est inapproprié …) qui ont débarqué finalement à Valence, en Espagne. L’Italie de Salvini lui a interdit tous ses ports, le gouvernement Maltais de Marie-Louise Coleiro Preca lui a fermé toutes ses portes, et la France de Macron a fait montre d’un assourdissant silence.
    Puis Macron a décidé de s’exprimer en s’appuyant sur le droit maritime, qui précise qu’en cas de détresse la côte la plus proche doit assumer la responsabilité de l’accueil du bateau. « Si un bateau avait la France pour rive la plus proche, il pourrait accoster, car c’est le respect du droit international » (sic Macron).

    Dans un premier temps, le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, soutenu en cela par le président nationaliste de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a proposé d’accueillir le bateau sur l’île, ce qui n’a pas abouti. L’Aquarius se trouvait alors  à 27 milles marins de Malte et 35 milles marins de Sicile.

    aquarius
    Mais, en observant la carte ci-dessus et le trajet de l’Aquarius, il est clair que les côtes françaises étaient bien plus près que les côtes espagnoles. Que ce soit pour la Corse, Nice ou Marseille. Ajaccio se trouvait à 550 milles, Marseille à environ 630 milles, et Valence aproximativement à 760 milles. On ne peut plus clair ….
    Donc le respect du droit international et du droit de la mer eut voulu que le bateau accostât sur le territoire français, et non en Espagne comme ce fut le cas grâce à l’humanisme du nouveau premier ministre Pedro Sanchez.

    L’autre argument évoqué est que si la France n’a pas accueilli l’Aquarius, c’est parce que « nous n’avons pas été saisis d’une demande de la part de l’ONG SOS Méditerranée », sic la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau. Etrange excuse « élément de langage langue de bois », car l’Espagne non plus n’a pas été saisie d’une demande similaire de la part de l’ONG…

    Pourquoi cette prise de position ? Sans doute pour ratisser large vers les électeurs de l’extrême droite, comme la déclaration d’amour à l’église catholique de France dont Macron déplorait le lien abimé avec la république, ou son passage papal à Rome, qui devrait lui permettre de récupérer les catholiques fillonistes.

    La politique du Nouveau Monde version Macron est semblable aux cuisines politiciennes qui pourissaient l’Ancien, avec en prime le cynisme, le mépris et l’indifférence portées à ceux qui ne sont pas les premiers de cordée de la mondialisation.

    « Ceux qui ne sont rien » comme il disait, se trouvent aussi maintenant sur les bateaux des ONG.

    Sources :

    Le Monde

    SOS Meéditerranée

    L’Express