#Macron : installation insidieuse d’une #Dictature #AigreDouce

    251

    Ce mercredi 15 novembre, Macron était attendu à Tourcoing et Roubaix pour parfaire sa « com » de « président des pauvres », à défaut de pouvoir factuellement effacer celle de « président des riches », en se plongeant dans les quartiers populaires et défavorisés de son ministre Darmanin, accessoirement premier adjoint de la ville de Tourcoing.

    Bien entendu, les syndicats et quelques militants de gauche s’étaient donné le mot pour l’accueillir comme il se doit, casseroles et trompettes à l’appui.

    Mais le secteur était bouclé. Et pas qu’un peu …… :
    23631989_152595445353034_5144092940489551165_o

    23509170_152595552019690_319763334147627358_o

    Quelques camarades un peu bruyants manifestaient à l’approche du lieu de rendez-vous :

    23550300_169783540273974_5367051710398665512_o

    Les policiers de la Bac, mécontents de l’accueil que faisaient les camarades au « P.R. » comme ils disent, avaient des consignes très précises : celles de maintenir les manifestants à l’écart pour ne pas gêner la venue de Jupiter.

    Le bruyant trompettiste de la photo précédente s’est donc retrouvé encadré par trois représentants des forces de l’ordre qui lui ont notifié qu’ils allaient le mettre en détention pour une durée de quatre heures. Il s’est donc installé face au mur, les deux mains sur la tête.

    23550403_152889568656955_4006940610115625308_o

    23472308_169576306961364_7553953611624141701_n

    Dans le métro, des manifestants venus des environs se sont vus pris dans une nasse par les CRS dans la station la plus proche de l’évènement. Trois heures durant, retenus en masse en attendant que le passage de macron soit terminé.

    Quatre autres manifestants qui s’étaient faufilés dans la foule des « heureux choisis » pour applaudir Jupiter se sont retrouvés au commissariat pendant quatre heures.

    Pourtant, le pire est à venir. La veille, des journalistes envoyés spéciaux de la 5 avaient fait un reportage à Lille, près de la préfecture. Ils avaient interrogé des manifestants venu là « faire du bruit » pour le président des riches.
    Le lendemain, retour sur le terrain pour eux, pour couvrir les visites à Roubaix et Tourcoing. Et là, ils se retrouvent refoulés par la police, sous prétexte qu’ils avaient manifesté la veille à Lille. Accusés d’avoir causé un accident ou des incidents.
    La police qui confond manifestants et journalistes ? Chaîne de télévision interdite de filmer pour intelligence avec l’ennemi ?
    Liberté de la Presse bafouée sur ordre ….
    Jugez plutôt :

    Cette gouvernance hyper-centralisée, et j’en veux pour preuve la nomination du chef de parti Castaner, le départ d’une centaine de « marcheurs », le rejet des syndicats, les décisions unilatérales, le mépris des corps intermédiares, dans le flou politique du projet « Macron » prend de plus en plus la forme de ce que l’on pourrait nommer une « Dictature Aigre Douce », une dictature qui n’en n’a pas l’apparence, mais qui, sur le fond, en a l’odeur.

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ?

    ARTICLES SIMILAIRES