Macron Bouyges : un cadeau de 700 millions inespéré.

    295

    2006 : Bouyges achète un gros paquet d’actions d’Alstom pour créer un géant français du nucléaire, avec la bénédiction de Sarkozy.
    2013 : Le fiasco de l’opération coûte 757 millions d’euros au groupe Bouyges.
    2017 : Siemens achète 50% des actions d’Alstom.

    L’action Alstom, qui croupissait autour de 30€, gagne alors 6€ et passe à 36€.

    Mais, dans un an, en application de l’accord fusion, l’action sera enrichie de 8€ et passera de fait à 44€, bien au dessus du prix qui figure dans les comptes du bétonneur c’est à dire 32,50€.
    Mais, au terme d’un accord signé avec Bouyges en 2016, l’Etat pourvait racheter jusqu’au 17 octobre les actions à 30€ pièce, et donc bénéficier de la plus value de l’accord fusion.

    Pourquoi donc Bercy refuse cette opération tout à fait légale et légitime ?

    Simplement parceque Bouyges refuse ce que l’Etat est en droit de lui imposer. Il refuse de vendre ses actions à 36€ et attend qu’elles passent à 44€.
    Il récupèrera alors les 700 millions d’€ qui auraient du naturellement tomber dans l’escarcelle de l’Etat.

    Bouyges, Sarkozy Macron ….. copains comme cochon.

    De toute façon, pour les finances publiques, il y a l’APL et la CSG… Mais plus l’ISF