Contre l’humain numérique, Robin des bois

    459

    Fini le temps lointain où vous discutiez avec votre conseiller bancaire l’obtention d’un prêt pour la prochaine voiture ou autres joyeusetés…. Aujourd’hui, seuls des algorithmes savants, gavés de « datas » diverses obtenues sur vous, calculent votre solvabilité et la confiance que la banque peut vous apporter pour que vous lui rapportiez.

    Robin des bois

    Robots, algorithmes et probabilité alimentés par des datas volées ou détournées ont déshumanisé bien des secteurs.

    Pourtant, dans les Dolomites, une banque résistait encore et toujours à l’envahisseur mondialisé et immatériel :
    Un employé de la Credito Cooperativa, Gilberto Baschiera, prélevait de très petites sommes sur les comptes de clients fortunés pour les transférer sur les comptes de personnes « non éligibles au crédit » ….
    Ces humains, éliminés du crédit par des binarités mathématiques, étaient donc remis dans le circuit où ils pouvaient choisir librement de s’enchaîner par du crédit et jusqu’à quel niveau.

    Si on peut critiquer cet employé – qui n’a pas été emprisonné pour ces transferts – de recapitaliser des « pauvres », on peut au moins lui reconnaître l’exploit d’avoir lutté contre la déshumanisation virtuelle.

    Car il apparaît aujourd’hui que bon nombre de services administratifs, impôts, pôle emploi, santé, éducation … sont complètement dématérialisés et qu’on a donc tendance à oublier que derrière ces numéros de dossiers, ces longues lignes de 0 et de 1 se cachent des destins, des vies, parfois brisées ou à la dérive, avec lesquelles seule l’intelligence humaine serait capable de communiquer dans ces moments là …

    Alors vite, courrons au disjoncteur pour se (re)parler, enfin !

    Source : Canard Enchaîné du 10/10